Brasilyane

19/04/2017: Pont sur l'Oyapock: la farce continue

 

L'association des commerçants d'Oiapoque tire la sonnette d'alarme: le chiffre d'affaires des commerçants de la ville frontière serait en chute de 60% et les euros se font rares depuis le début du conflit guyanais qui empêche les touristes de venir (mis à part le week-end pascal). L'état de la route BR-156 dissuade également ceux que tenteraient une escapade vers Macapa. Enfin, si le pont est officiellement ouvert, les horaires d'ouverture sont tels que les touristes en sont réduits à prendre la pirogue, comme avant.

Des horaires idiots

Le pont est en effet ouvert de 8h à 12h puis de 14h à 18h les jours de semaine (où il n'y a quasiment personne, sauf périodes de vacances sans barrages), et ferme les week-end et jours fériés, autrement dit les moments où les Franco-Guyanais sont le plus susceptibles de venir. Le samedi, le pont ferme à 12h, et ne rouvre que le lundi matin: pratique pour qui a des horaires de travail classique! Ce qui pose problème est une fois encore l'impréparation et le désintérêt brésiliens: la Receita Federal, auprès de laquelle il faut déclarer le véhicule, n'a pas adapté ses horaires d'ouverture. Par ailleurs, rien ne se fait à la sortie du pont: il faut toujours se rendre en centre-ville pour faire tamponner le passeport (Police Fédérale) et déclarer le véhicule (Receita Federal).

Propositions des commerçants

Pour relancer l'économie de la ville, le président de l'association des commerçants d'Oiapoque compte proposer, à la fin du mouvement guyanais, un accord commercial avec la Guyane. Il demande également aux autorités d'accélérer la signature des accords permettant les échanges de marchandises par le pont, et souhaiterait également que s'installe une zone de Duty Free dans la ville. Rappelons que l'alternative au commerce et au tourisme, pour Oiapoque, c'est l'orpaillage clandestin qui se porte très bien, lui: le va-et-vient des pirogues vers le haut Oyapock est constant, et les forces de l'ordre de Guyane sont occupées ailleurs. De toutes façons, pour l'instant, les interlocuteurs se font rares en Guyane où l'économie est paralysée, l'administration tétanisée et les "décideurs" politiques, planqués.

Vous êtes ici : Actualités brésiliennes Actualités générales 19/04/2017: Pont sur l'Oyapock: la farce continue