Brasilyane

Par la route - BR 316-Belém-Fortaleza

BR 316 (Belém-São Luis-Fortaleza)

trous et boucheurs

Trous et "boucheurs"sur la BR 316 (jetez leur 1R$ en passant!)
São Luis 480km (par Santa Inês)Le 11/09/2006, des reporters de TVGlobo ont mis 9h pour faire 200km autour de Santa Inês (Des photos prises à l'été 2006 ci-dessus et dessous). Parfois, attaques de bus et de camions sur la BR 316, qui relie Belém, São Luis puis Fortaleza, surtout entre Bacabal et Santa Inês, entre Santa Inês et Araguanã. En mai 2009, les très fortes pluies ont considérablement dégradé la route, jusqu'à la couper complétement. La route a depuis été refaite, mais est toujours sujette aux aléas climatiques et budgétaires. De toutes façons, pour São Luis, préférer dans tous les cas l'itinéraire bis proposé plus bas: c'est plus joli, et on s'épargne plus de 200km de détour.

 

De Belém à São Luis

  • Paysage en bord de routePar la BR, 800 km d'une route goudronnée, large, mais souvent en très mauvais état. C'est un voyage long, pénible et éventuellement périlleux. Comptez au moins 15 heures. Voir ci-dessous pour s'éviter ça.
  • Vous découvrirez un (tout petit bout) de l'immensité du Pará; les paysages sont assez monotones; ils changent un peu à l'approche de São Luis: plus secs, parsemés de palmiers Babaçu.
  • ATTENTION : en saison des pluies, la route se dégrade fortement (encore plus!). le voyage peut donc encore être rallongé.
  • Prix du bus assez élevé: environ 100 reis l'aller simple par personne (l'avion est à peine plus cher).
  • Les photos ci-contre datent de juillet 2006.
  • De Belém jusqu'à la frontière du Pará (fleuve Gurupi): Route bonne, large et correctement entretenue. Attention aux quelques trous et aux violentes averses, près de Belém.
  • Dès l'entrée dans le Maranhão... des trous!De la frontière du Pará jusqu'à l'intersection de la BR 135: Route catastrophique. D'énormes cratères jamais réparés la jalonnent. Les bus y sont presque à l'arrêt, la caisse heurtant la route. Passage très dangereux la nuit: les véhicules sont tellement lents que cela facilite les attaques. Une cinquantaine de kilomètres sont abominables. Les 50 premiers km dans le Maranhão ont été nettement améliorés en 2007. La plupart des trous figurant sur les photos de 2006 ont été bouchés.
  • Sur la BR 135 jusqu'à São Luis: la route est correcte.
  • Il existe une alternative, permettant d'éviter le mauvais tronçon: Quitter la BR 316 au niveau de la ville de Governador Nunes Freire (sortie de la ville), dans le Maranhão, prendre la route n°106 direction Santa Helena, Pinheiro, puis Cojupe, où un bac vous passera pour pas cher (environ 50R$) jusqu'à São Luis. On évite ainsi quasiment tout le mauvais tronçon et on s'épargne près de 300 km (compter environ 9h entre Belém et le port de Cojupe). Pour contacter le bac: (98)3 231 0050, Internacional Marítima ltda. Téléchargez les cartes page suivante. Il vaut mieux réserver son passage, il y a beaucoup de monde. Ceci dit, il est très difficile de joindre le port de Cojupe (essayer une fois arrivés dans le Maranhão, dans une cabine). La dernière barge sort vers 19h.Si vous la loupez, ou qu'il n'y a plus de place, il faudra dormir dans le coin, plutôt désert.
  • La ville de Governador Nunes Freire; Pour São Luis, tournez à gauche à la sortieLa route est presque impeccable désormais: attention aux crevettes qui sèchent sur les bords de route, aux animaux de toute sorte et aux gamins qui discutent, assis sur la chaussée!
  • Véhicule de tourisme: 4x4 pas forcément nécessaire, mais une bonne et solide voiture est conseillée; évitez les Fiat Uno et les Chevrolet Celta!

Jusqu'à Fortaleza

Pour Fortaleza, pas de solution alternative satisfaisante, si on ne fait pas escale à São Luis. Il faut compter environ 24 heures (théoriques) depuis Belém; en approchant de la côte, la route devient montagneuse; les paysages plus variés et spectaculaires, mais les montées d'adrénaline aussi. Pour le reste, la route est considérée comme précaire par les cartographes brésiliens, pratiquement sur toute la traversée du Maranhão. Une autre route existe, qui traverse le delta du Parnaïba; elle semble également en piteux état. Bon courage...