Brasilyane

Macapá

Macapa-Marco Zero-EquateurSouvent négligée au profit de Belém, Macapá est pourtant une ville agréable et sympathique, à l'ambiance décontractée, pour un séjour de quelques jours.

Rare au Brésil: la ville est d'une taille encore modeste (bien qu'elle soit passée en quelques années de 250 000 à 400.000 habitants) et est tout à fait propice aux ballades pédestres. Le bord de l'Amazone est bien aménagé, les commerces sont nombreux, les restaurants de bon niveau, les jeux pour enfants nombreux le long de l'Amazone. Petites ballades à faire dans les environs.

  • Consul honoraire de France à MACAPA:
  • M. Alain CRAIS
    Avenida Iracema Carvão Nunes, n° 297 - 1° andar
    Em frente a agência imobiliária
    CENTRO - 68900-099
    MACAPA-AP
    Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Horaires d'ouverture:

    - Lundi après-midi de 14h00 à 17h00
    - Mardi / Mercredi / Jeudi de 09h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
    - Vendredi matin de 09h00 à 12h00

  • Liens externes (en portugais):
  • Municipalité de Macapá
  • Etat de l'Amapá
maison_des_artisans
La Maison des artisans
Aquafoot devant la beira Rio
Aquafoot devant la Beira Rio

Halle des Comidas Tipicas, inaugurée fin 2009

La halle des "nourritures typiques"

La Beira Rio de Macapa, en 2010 (après travaux)

Les kiosques de la Beira Rio

Infrastructures

  • CuriauAéroport: vieillot et dépassé par l'augmentation du trafic, il est en travaux (suspendus ou très ralentis par les multiples scandales de détournements de fonds qui les accompagnent...). Dessert Oiapoque (avions taxis), Santarém et Belém. De là, toutes les destinations sont possibles. (voir la partie guide pratique). La nouvelle aérogare devait être inaugurée début 2007 mais on attend toujours (probablement pas avant 2014). En attendant, des modules provisoires inaugurés en mai 2013 redonnent à l'aérogare un certain confort et une certaine efficience.
  • Gare routière: en périphérie, se méfier des multiples pique-assiettes qui y traînent et se proposent de servir d'intermédiaire pour acheter un billet, contre rémunération (totalement inutile!) (voir aussi BR156)
  • Électricité: L'Amapá est en 110 Volts (certains hôtels proposent du 220).
  • CuriauCybercafés: Partout les connexions sont très lentes. L'ADSL ("banda larga") n'est encore fourni que par voie radio, soumise aux aléas météo. Ne comptez pas trop téléphoner par internet, sauf dans certains hôtels haut de gamme bien équipés. De plus en plus d'hôtels proposent wifi ou connexion filaire dans la chambre (selon le standing).

A savoir

  • Les prix ont plutôt augmenté ces dernières années, mais le real est orienté à la baisse depuis 2013 après une longue période de hausse par rapport à l'euro.
  • Hôtels souvent pleins en période de carnaval ou de Macapafolia, réservez à l'avance. Ceci dit, le réseau hôtelier se développe depuis quelques années.
  • Arc-en-ciel sur l'AmazoneLa plupart des agences bancaires acceptent les retraits avec des CB internationales : Banco do Brasil, HSBC, Bradesco. Attention, parfois un seul des automates accepte la CB internationale, il est souvent repéré par les symboles CB Visa, Mastercard...; si ce n'est pas le cas, demandez au personnel ou essayez-les tous! Pour savoir les utiliser, voir la page "Préparer son voyage".
  • Les lignes sont parfois en dérangement, empêchant les retraits; il suffit souvent d'essayer une autre banque.
  • Hors le centre, certains quartiers sont limites (notamment au nord de la Beira Rio), évitez de vous y promener seuls. Les soirées dans le complexe "Araxa", au bout de la Beira Rio, en amont sur l'Amazone, sont plutôt à éviter et à ne fréquenter que très bien accompagné.
  • Taxis assez chers, mais les distances sont courtes. Si vous sortez de la ville, négociez un tarif forfaitaire.
  • En voiture: Attention aux croisements, les feux sont situés de l'autre côté (et parfois non !). De manière générale, la signalisation est largement défaillante. Les conducteurs sont brutaux, et dangereux le samedi soir, et pire encore le dimanche soir.
  • Note sur la sécurité: bien que la ville, notamment autour de la Beira Rio, soit assez sûre, il convient d'éviter de porter de grosses montres ou bijoux et d'exhiber des objets de valeur. Un Français s'est fait tirer dessus pour avoir résisté à une tentative de vol début 2010. En règle générale, se méfier des lieux trop peu fréquentés du centre à certaines heures. Certains quartiers excentrés sont à éviter si l'on n'y connaît personne. Les moto-taxis sont parfois remplacés par des imposteurs: ils doivent porter un numéro matricule sur le dos. Cependant, globalement l'ambiance reste assez bon enfant, bien moins tendue qu'ailleurs au Brésil.

A voir, à faire

La Beira Rio depuis la forteresse La jetée sur l'Amazone depuis la forteresse Plaque signalant l'équateur La jetée depuis le rivage
la jetée
La Jetée depuis la forteresse
fazendinha
Fazendinha
plagette_fazendinha
Fazendinha, la plage
curiau
Curiau, panorama

  • Marco Zero de l'équateurLa Beira Rio: littéralement "le bord du fleuve"; esplanade très vaste et agréable aménagée le long de l'Amazone. Des kiosques font bar et restaurant tout au long; très animé le soir, vous y croiserez tout le monde. A enfin été rouverte, rénovée, pour noël 2009. Le résultat est plutôt convaincant: plus grand et d'un seul tenant d'un bout à l'autre, le toit commun à tous les kiosques protège beaucoup mieux de la pluie. Revers de la médaille: on se sent moins "comme à la plage". Mauvais point: les toilettes sont toujours aussi peu nombreuses, mal tenues et peinent à suffire quand l'affluence est importante (prendre ses précautions avant d'y aller, surtout les dames, les week-end et soirs de fête). Ceci dit, des efforts semblent faits sur ce point (2014)
  • La jetée: le "trapiche Eliezer Levi" est une spectaculaire jetée sur l'Amazone, longue de 500m. On peut la parcourir à pied ou en petit train (fonctionne rarement et d'un intérêt limité). Au bout un bar restaurant est installé. Très fréquenté les 31 décembre pour mieux assister au feu d'artifice. Rénovée également.
  • La forteresse: Vieux fort de type Vauban, qui fait une jolie promenade face à l'Amazone avec ses jardins inaugurés en juin 2006. Le monument se visite (jusqu'à 17h en semaine). La promenade et le parc aménagés tout autour sont très agréables.
  • Le Santa Inês: Quartier bordant l'Amazone, de l'autre côté de la forteresse : restaurants, bars et kiosques en bord de fleuve, ambiance plus populaire et moins touristique qu'à la Beira Rio. L'aspect des quais de l'Amazone desservant Afua et les îles proches devrait changer prochainement (2011): des travaux d"urbanisation" sont en cours (c'est toujours le cas début 2014).
  • Le Musée Sacaca: un peu à l'écart dans le quartier de Trem, il propose une très agréable découverte de la culture et des traditions amazoniennes. Entrée gratuite dans ce parc où se tiennent des expositions, un parcours botanique, un bateau reconstituant ceux des camelots fluviaux du début du XXème siècle, des reconstitutions du mode de vie des caboclos... Deux heures de visite agréable et la possibilité de se restaurer sur place ou d'y assister, le soir, à de la musique "ao vivo". Les horaires changent selon les périodes; fermé le lundi.
  • Le parc de la forteresseLe complexe du "Marco Zero": Organisé autour du monument du Point Zero, il met en scène la coupure de la ville par l'équateur. Un peu kitsch, mais difficile de ne pas céder à la tentation de se faire photographier avec un pied de chaque côté de cette ligne imaginaire. Un peu excentré, il faudra y aller en taxi. Tout proche, le sambodrome ne présente guère d'intérêt en dehors des périodes du carnaval.
  • Le centre: outre les magasins, on peut se promener dans les rues ombragées des "bons quartiers", c'est agréable. Quelques places ombragées proposent également une ambiance tranquille.
  • La maison des artisans (Casa do Artesano) : Face à la Beira Rio, inaugurée fin 2005, c'est un beau bâtiment qui propose un choix de production artisanales de qualité variable (bonbons, sculptures, marqueterie, peinture, gravure, céramique...). Les prix sont parfois raisonnables, parfois excessifs. Voir photos ci-dessous.
  • A côté, l'esplanade des "Comidas Tipicas" (plats régionaux) a également eu droit à un lifting, avec un toit couvrant intégralement la zone désormais. L'endroit offre la possibilité de goûter aux spécialités locales (maniçoba, tacaca,...), mais la qualité de la nourriture proposée laisse plutôt à désirer.
  • curiau_centre_culturelBaignade: Ce n'est vraiment pas l'idéal à Macapá, mais on peut se rendre dans un balneario (lieu de baignade sur les fleuves alentours) des environs (voir ligne suivante).
  • Fazendinha: Sert de station balnéaire à Macapá; le terme de plage est cependant un bien grand mot pour désigner la languette de sable qui borde l'Amazone; on peut malgré tout y faire trempette; cependant la qualité de l'eau y est plus que douteuse. Les abords sont bien aménagés, on peut y boire un verre et y manger dans un cadre agréable (quoique souvent bruyant). Le restaurant tout au bout "Oasis", est plutôt chic, pas vraiment plus cher que les restos "de plage" et offre un cadre agréable.
  • Curiau: Village noir-marron (il en existe aussi dans tout le Brésil sous le nom de Quilombos) à l'ambiance particulière, joli paysage. On peut s'y baigner en saison humide. Ambiance festive le vendredi soir.
  • CuriauDe nombreux "balnearios" (lieux de baignade aménagés sur les rivières) sont accessibles autour de Macapá, à plus ou moins longues distances (en prolongeant la route de Curiau, celle de Laranjal do Jari ou en remontant vers l'Araguari).
  • Sorties nocturnes: Boîtes et fêtes sont nombreuses; les soirées démarrent souvent à la Beira Rio.

Une curiosité amusante: pendant plusieurs mois chaque année, les oiseaux migrateurs se posent au même carrefour du centre-ville, à la tombée de la nuit. Impressionnant. Ci-dessous, une video trouvée sur Youtube, montrant le phénomène à la façon d'Hitchcock (à vrai dire le seul risque réel est de recevoir une volée de fiente sur le chef!)

Achats

  • interieur_maison_artisans
    ceramiques
    maquette_bateau
    L'offre commerciale a beaucoup évolué ces derniers temps. Le Macapá Shopping, face à la pizzeria "Zero Grau", a longtemps été le seul, intégrant un supermarché, un cinéma, une "place d'alimentation" (snacks et restaurants), des magasins mieux dotés et un parc de jeux pour les enfants, bien pratique quand il pleut. Le nouveau shopping Amapa Garden, d'une taille supérieure, est ouvert (2013) près du sambodrome, dans le quartier du Marco Zero, en allant vers Fazendinha. Un cinéma doit y ouvrir en 2014.
  • Vêtements, chaussures: Beaucoup de choix dans tout le centre de Macapá, prix négociables si vous payez cash.
  • Hamacs, draps: Beaucoup de choix, prix intéressants compte tenu de la qualité.
  • Électronique, électroménager: Prix et qualité souvent peu intéressants; attention, l'Amapá est en 110 Volts, vérifiez si les appareils sont compatibles avec le 220 Volts. Pour les antennes satellitaires, attention à vous renseigner sur le bon modèle en Guyane avant d'acheter (Tête et décodeur analogiques; le numérique nécessite un abonnement payant, vérifier aussi qu'on ne vous refile pas une antiquité).
  • Artisanat: Voir plus haut, la Maison des artisans.

Restaurants

On peut manger très bien à Macapá, surtout si on donne la priorité aux poissons et fruits de "mer" typiques de l'Amazonie (Pirarucu, Tucunaré, Filhote, "pitu"...). Un plat suffit pour deux. Demander à un taxi, ils connaissent ces adresses.

  • Cantinho Baiano: sur la Beira Rio, en amont de la forteresse, une grande terrasse ouverte, en hauteur, face à l'Amazone. Spécialités bahianaises; essayez les Moquecas (poissons et fruits de mer cuisinés à l'huile de "dendê" (palme) servis bouillonnants dans de grands plats en terre cuite).  En travaux début 2014, la cuisine y a perdu un peu de son charme. Le cadre reste agréable.
  • Peixaria Amazonas: Excellent restaurant de poissons (mais on y sert aussi de la viande), en terrasse surélevée face à l'Amazone, accolé à l'hôtel Amazon Plaza. La caldeirada de poisson au Tucupi est exceptionnelle. Plats hyper copieux pour deux (surtout les caldeiradas, qui suffisent pour trois, voire plus). La salle a été entièrement refaite (2010) et offre désormais une vue panoramique sur l'Amazone dans une salle climatisée fermée de grandes baies vitrées.
  • Estaleiro: décor et accueil sur le thème de la marine, poissons et fruits de mer à l'honneur, cuisine parfois originale, mais un peu lourde (sauces, fromage...). Prix un peu élevés, mais c'est le standing qui veut ça.
  • Trapiche: se trouvait au bout de la très longue jetée de la Beira Rio; A dû déménager sur le Beira Rio, côté Santas Inês avec les travaux sur la jetée, a gardé son nom malgré tout. Cuisine de qualité, servie à l'assiette (plats pour une personne). Prix très raisonnables.
  • Santa Rita:Très bon restaurant au kilo avec grillade un peu à l'écart du centre; choix, cadre et accueil de qualité.
  • Comidas Tipicas: halle couverte face à la Beira Rio, près du marché des artisans: de nombreux kiosques proposent des plats traditionnels de l'Amapa (maniçoba, tucupi, vatapa...), mais la qualité et la fraîcheur des mets proposés sont discutables. A éviter si on a l'estomac fragile.

Hôtels

On trouve des hôtels corrects à partir de 60 Reis pour deux personnes, petit déjeuner compris. Tous proposent climatisation, salle de douche, wc, frigo et télévision. De nombreux hôtels se sont construits ces dernières années. On déplore qu'il s'agisse davantage d'hõtels d'affaires que de tourisme.


  • Le parc de la forteresseMara hôtel: prix plutôt élevé pour la qualité du service, de l'accueil et de certaines chambres; seul le hall de l'hôtel est à la hauteur des prétentions. Il a pour lui d'être dans le centre et de posséder un nombre important de chambres (donc, il y a de la place). A, paraît-il, commencé sa rénovation. Tel: (96)3312-3700. Les Guyanais en goguette s'y retrouvent tous.
  • Hôtel Frota: Hôtel de très bon standing à un prix raisonnable (abattement de 20% sur les prix affichés, soit environ 100R$ pour deux-tarif 2010). Assez ancien, il est bien entretenu. Un défaut: les vieilles clims window d'une taille énorme font un bruit de tracteur quand le compresseur démarre. Super petit-dej, cyber-café en bas de l'hôtel. Leur site: www.hotelfrota.com.br
  • Magnus Plaza Hotel: près de la place accolée au théâtre, cet hôtel d'affaire plutôt luxueux propose des chambres doubles très grandes, très pratiques pour une famille. Les prix sont plus élevés qu'ailleurs, mais peuvent être négociés pour un séjour de plusieurs jours; surtout, la chambre double très vaste vaut largement deux chambres dasn d'autres hôtels. Bien situé. Leur site: www.magnusplazahotel.com.br
  • América-Novo Mundo: Situé un peu en retrait de l'hôtel Frota, il propose des chambres assez grandes, nickel et climatisées pour 60R$ la nuit, avec le petit déjeuner, ou des chambres simplement ventilés, plus petites, pour 25R$ (bonne option pour les fauchés). Cadre sympa, bien placé (tout près de la forteresse). Ils n'acceptaient pas les CB, mais ce défaut semble avoir été corrigé en 2009 (info de Raymond, via le forum, merci). Le petit dej' est un peu fruste. Tel. (96) 3223 2819. A noter qu'un client aurait été volé dans sa chambre en 2010: prendre ses précautions.
  • Xenius: Un peu plus loin du centre, sur l'avenue Padre Julio, face au Arara Center. Pas très cher, bien placé mais pas très propre et pas toujours calme, c'est le havre des célibataires en goguette et économes...
  • HCamion de Cerpaôtel Macapá: ancien hôtel de luxe face à la Beira Rio. Semble un peu en décadence depuis quelques années. L'entretien douteux des extérieurs ne donne pas franchement envie.
  • Pousada Ékinox: hôtel tenu par un Français, également consul honoraire, confort, accueil, cadre agréable, joli jardin. Certaines chambres ont une terrasse extérieure sous une tonnelle. Prix 2011: 155R$ jusqu'à deux personnes, 35R$ par personne supplémentaire incluant petite dej et accès wifi (connection très correcte pour Macapa), proche du centre, plutôt côté quartier officiel que des commerces. Rua Jovino Dinoa. Tel: (55) 96 32230086. Page facebook.
  • Beira RioAmazon Plaza: Flambant neuf, bien placé, face au fleuve, tout près de la forteresse et proche du centre commerçant. Mitoyen de la Peixaria Amazonas, le meilleur resto de la ville. Les prix sont un peu élevés (compter 20% de plus qu'à l'hôtel do Forte). Chambres assez grandes et fonctionnelles, certaines sans fenêtre, d'autres avec vue panoramique sur le fleuve.
  • Hôtel Imperial: Un peu loin du centre, il est flambant neuf, bien équipé (clims splits, sanitaires nickels, prises réseau dans les chambres, wifi à l'accueil, parking gardé), petit dèj très complet, service impeccable. Les chambres sont grandes, mais n'offrent pas toujours de vue sur l'extérieur. Tarifs raisonnables (autour de 100R$ pour deux en 2010).
  • Hôtel do Forte: Très bien placé face à l'Amazone, près de la Peixaria Amazonas et de l'Amazon Plaza, il profite d'une vue imprenable, proche des commerces. Récent, ses prix sont un peu élevés (de 110 à 140 R$ pour trois, mais avec 20% de réduction si plusieurs nuitées sur place). On regrette que les services ne soient pas toujours à la hauteur: piscine inutilisable, clim insuffisante. Demander une chambre avec fenêtre, beaucoup n'en ont pas. Bon petit dej, dans une salle avec vue sur l'Amazone. Site internet: http://www.hoteldoforte.com
  • Il y en a beaucoup d'autres; envoyez vos adresses et vos commentaires.

Evénements et fêtes annuels

  • 04/02: Anniversaire de la fondation de la ville. Fêtes, spectacles et expositions sont généralement organisés à cette occasion.
  • pororocaA Pâques: Cérémonies traditionnelles (danses, musiques...) dans le quartier populaire de Marabaixo.
  • La Pororoca : La Pororoca, c'est ce phénomène naturel typique de l'Amazonie (Amapá, Pará et Maranhão) de rencontre entre la mer et le courant des fleuves qui provoque une longue vague très puissante, pouvant atteindre 6 mètres de haut, sur laquelle on peut surfer (l'équivalent du mascaret à l'échelle de l'Amazonie).Le circuit officiel de "Surf sur la Pororoca" existe depuis 1997, et est devenu compétition depuis 1999. On le trouve surtout sur le fleuve Araguari.