Brasilyane

#Belém : le #BarDoParque pourrait devenir un lieu de #tourisme familial; les habitués protestent

Couverture du livre Bar do Parque

Institution s'il en est à Belém, le Bar do Parque, en travaux depuis de longs mois comme le reste de la Place de la République, a été cédé à de nouveaux concessionnaires à l'issue d'un appel d'offres.

 Finie l'ambiance interlope des nuits interminables et des odeurs douteuses sous les manguiers centenaires, entre artistes bohèmes, prostitué(e)s, touristes en goguette et célibataires solitaires ? Les projets du vainqueur de l'appel d'offres lancé par la mairie de Belém pour relancer l'activité du bar, géré depuis bientôt soixante ans par le même groupe, inquiètent les habitués de ce lieu mythique du centre de la capitale du Para, jusque là ouvert 24h/24, sept jours sur sept à tout ce que la ville compte de noctambules. Le nouveau projet consisterait à proposer des bières et des plats de la gastronomie régionale, un peu dans l'esprit de l'Estaçao das Docas, avec un fonctionnement réduit de 19h à minuit. La fameuse terrasse sous les manguiers pourrait même être couverte - adieu, donc, les regroupements précipités propices à tous les rapprochements sous l'étroite toiture du kiosque, et le ballet impressionnant des garçons essuyant de leur alerte serpillière les tables et les chaises.

Un projet certes plus rationnel et dont on peut attendre une hygiène et un confort largement améliorés, mais qui risque bien, si l'on en croit ses détracteurs, de banaliser et d'aseptiser un lieu qui y perdrait son âme et une bonne part de son intérêt. Une réouverture qui attendra de toute façon la fin des travaux de la Place de la République, imminente selon les autorités, mais avec déjà plusieurs années de retard.

 A noter, pour les nostalgiques, le beau livre de photographies et poèmes consacré au Bar do Parque par le Français Bruno Pellerin, riverain de l'endroit, disponible à Belém (en lien)

Vous êtes ici : Actualités Actualités du Pará #Belém : le #BarDoParque pourrait devenir un lieu de #tourisme familial; les habitués protestent