Brasilyane

Marajó

bufL'île de Marajó est la plus grande île fluviale du monde. Elle est célèbre pour ses vastes étendues marécageuses riches en faune naturelle (ibis...) et d'élevage (les buffles omniprésents). Elle propose aussi quelques plages fluviales agréables et une ambiance au charme particulier.

Marajo: Praia do Pesqueiro

Plus grande île fluviale du monde, donc, elle est située entre l'Amazone au Nord et le rio Pará au Sud, bordée par l'Atlantique à l'Est. Largement marécageuse, elle est essentiellement peuplée sur ses rives par des communautés de pêcheurs et de cueilleurs traditionnels (wassai ou açai, coeurs de palmiers, bois...). Au centre, des fazendas gigantesques tentent de valoriser ces terres par l'élevage de troupeaux de buffles.

Marajo: Praia do Pesqueiro

  • C'est le paradis des Buffles et des oiseaux (entre autres) qui s'ébattent tranquillement dans les immenses plaines marécageuses des grandes fazendas locales.
  • On peut s'y faire héberger dans les fazendas qui reçoivent les touristes, parfois assez luxueusement.
  • De nombreuses plages, certaines désertes, se prêtent à la baignade sur la côtes Est. Ceci dit, elles ne sont pas toujours très grandes et, très fréquentées au mois de juillet, leur propreté laisse franchement à désirer. Il est certainement préférable de s'y rendre hors saison. Il convient ici de déplorer encore une fois, comme à Barreirinhas, dans les Lençois Maranhenses, combien l'exploitation trop rapide, anarchique de ces zones naturelles les dégrade... Eviter les pérides de fortes affluences, donc (juillet, noël, pâques essentiellement).
  • Quelques traditions musicales (le carimbo ou la célèbre lambada représentent l'essentiel de la musique traditionnelle locale) et culinaires (à base de lait de buffle) intéressantes. Le fromage est excellent.
  • Vastes paysages naturels.
  • Une idée de lecture sur Marajo: Le village sans raison, de Patrick Malherbe, un roman qui se déroule dans un village isolé de l'île.

Chevaux dans une fazendaSe déplacer

On peut y aller depuis Macapá en bateau (Nord et Ouest de l'île) ou depuis Belém par bateau et petits avions.

  • Depuis Macapá: départ du port de Santana pour les villes d'Afuá et Breves.
  • Depuis Belém
    • Départ du Terminal Hidroviário, armazém 10, du port de Belém, avenue Marechal Hermes, près de l'avenue Doca de Souza Franco, centre-ville.
    • Du lundi au samedi, a 6h30 et 14h30, le dimanche a 10h.
    • Tel: Arapari Navegação (005591) 9601-5312 et Banav Ltda (005591) 9632-6822
    • Compter 3 heures de traversée.
    • Du port de Foz do Camará, des minibus ou des bus vous emmènent jusqu'à Joanes ou Salvaterra. On traverse ensuite en barge ou en canot un fleuve pour accéder Soure.
    • On peut faire passer une voiture depuis l'embarcadère d'Icoaraci, ce qui peut se révéler une bonne option sur l'île.
    • Depuis mars 2007, une liaison directe par bateau existerait entre Belém et Soure, permettant d'éviter le trajet en bus et le bac à Salvaterra. A vérifier au port de Belém.

A voirpolice momtée marajoara

La nature, les paysages. Des promenades sont possibles, en barque, à cheval ou en charrettes. A droite, la police montée de Marajó... Sur des buffles, évidemment!

Les touristes ne se rendent en général que sur une une petite portion de l'île, au sud-est où des plages de sable sont baignées à la fois par le fleuve et l'Atlantique. Les zones autour de Breves ou le Nord de l'île sont très isolées et seront uniquement appréciées des aventuriers et découvreurs, les infrastructures de tourisme y étant inexistantes.

La ville sur pilotis d'Afua (Nord-est), accesible depuis Macapa, ne s'anime qu'une fois dans l'année pour son "festival do camarão" (de la crevette) qui draine une foule populaire sur ses passerelles de bois en guise de rues.

Achats

  • L'artisanat local est spécialisé dans la confection de magnifiques céramiques, très bon marché de surcroît (mais pas toujours faciles à transporter).
  • Le fromage local est un des rares du Brésil a avoir du goût, grâce au lait de bufflonne sûrement (le même que dans la bonne mozarella), par ailleurs recommandé pour sa faible teneur en cholestérol.

carimboRestaurants

  • On mange essentiellement du poisson, ou de la viande de buffle, ce qui n'est pas désagréable.
  • Sur les plages, en haute saison, les portions sont nettement moins grandes qu'ailleurs au Brésil (on a rencontré des Brésiliens venus du Sud qui restaient sur leur faim !). ceci dit, quelque soit le lieu, on est toujours assez mal servi à la plage.
  • A Soure, on trouve quelques restaurants un peu au dessus du lot, mes informations étant un peu anciennes, il est préférable d'y aller par vous-mêmes.

Se loger

Traversée Salvaterra-SourePossible pour des prix très raisonnables en hôtels ou pensions. Plus cher et plus luxueux dans les fazendas qui proposent parfois de véritables complexes touristiques, auxquels on n'accède parfois qu'en avion (Ilha Mexiana).

  • Le plus simple est de loger à Salvaterra, où le choix est plus grand: Des pousadas vous y logent à des tarifs variables selon le standing, avec une entrée de gamme accessible.
  • Les fazendas exagèrent parfois sur les tarifs, mais proposent un logement plus "typique", à la ferme, dans un cadre agréable et avec des produits de l'exploitation.
  • A Joanes, la pousada da Ventania do Rio Mar (115R$ la chambre ventilée pour un couple) donne directement sur la plage et propose un cadre très agréable. Les propriétaires sont francophones. Il semblerait qu'il y ait désormais davantage de possibilités de se restaurer le soir, un restaurant sur la plage restant désormais ouvert, en plus de la pizzeria du village, très moyenne. Le midi, on peut manger moyennement sur la plage. Pas grand chose à faire à Joanes à part la plage, sinon les diverses ballades proposées par l'hôtel (http://www.pousadaventania.com).

Se baigner

Joanes
Joanes
Barra Velha
Barra Velha (Soure)
Salvaterra
Salvaterra

Les plages sont concentrées sur la côte Sud-Est, sur l'Atlantique:

  • Joanes: Plage assez grande de gros sable, tranquille et aménagée, moyennement propre.
  • Salvaterra : La grande plage urbaine est aménagée correctement. La propreté laisse à désirer quand il y a du monde, en saison.
  • Soure
    • la plage de Barra Velha est la plus proche. On y accède par une chemin d'un kilomètre, puis par des passerelles dans la mangrove. La plage est sale et bruyante quand il y a trop de monde, petite à marée basse.
    • La Praia do Pesqueiro, très éloignée (8km) nécessite de payer le transport. La plage est aménagée et plus grande, beaucoup plus sauvage.