Brasilyane

Gérard Police

Eudorado-Gérard PoliceAgrégé de portugais, docteur en civilisation brésilienne et maître de conférence à l'université des Antilles et de la Guyane, il est notamment l'auteur de deux livres-sommes sans équivalents dans la sphère francophone et qui intéresseront particulièrement les Guyanais.

Quilombos dos Palmares

Gérard PoliceParu en 2003 aux éditions Ibis Rouge, il fait découvrir un pan méconnu en France de l'histoire brésilienne: celles des révoltes des quilombolas, ces noirs-marrons brésiliens proches des bushinenges guyanais et surinamiens, qui forment encore aujourd'hui de nombreuses communautés au fonctionnement autonome un peu partout sur le vaste territoire de l'esclavage brésilien. On y découvre notamment, à travers un travail d'enquête universitaire très rigoureux, l'existence d'un royaume autonome noir au XVIIème siècle, dans le Nordeste brésilien, mené un personnage quasi mythique: Zumbi. C'est aussi la vie du Brésil sous domination coloniale qui est ainsi décrite.

€udorado: Le discours brésilien sur la Guyane française

Couverture du livre Eudorado, de Gérard PoliceCet ouvrage paru en 2010 est une étude à la fois rigoureuse dans la méthode et polémique dans ses constatations et certaines de ses conclusions sur le regard porté par le Brésil sur la Guyane Française, cet étrange espace mal connu -tant au Brésil qu'en France hexagonale- colonie pour l'essentiel librement consentie (quoiqu'on en dise), unique enclave européenne existant en encore en Amérique du Sud, avec les îles Malouines. Le livre décrypte à qui ne veut pas forcément l'entendre le discours brésilien porté sur la Guyane, sous tous ses aspects (émigration, pont, survivance coloniale, coopération régionale, emplacement stratégique, déséquilibre socio-économique avec son environnement...) et à travers toutes sortes de médias (études universitaires, témoignages, presse brésilienne et franco-guyanaise, sites internet officiels ou personnels, notamment ce site...).

La thèse est que le Brésil a un regard essentiellement négatif sur la Guyane Française, et qu'il cherche à l'utiliser à son profit dans diverses négociations qui dépassent de très loin les simples relations locales avec l'Amapa, d'ailleurs souvent difficiles. Ce qui ressort toutefois du livre, ce sont d'abord les multiples effets négatifs de l'orpaillage, qui au-delà de ses méfaits connus contre l'environnement et l'équilibre social, est la principale cause de la dégradation des relations de la Guyane avec son grand voisin. Au delà, c'est un portrait en creux, sans concession, qui est fait de la Guyane Française d'aujourd'hui, ses contradictions, ses impasses, son équilibre instable et ses faux-semblants qui éclatent dans un discours brésilien qui ne s'embarrasse pas de précautions, quitte parfois à déraper et à en dire également long sur les préjugés qui règnent au Brésil, un pays qu'on peut apprécier sans pour autant fermer les yeux sur ses aspects négatifs parfois criants, ni tomber dans la béatitude expatrio-folkloro-touristique.

Un travail passionnant, en tout cas, qui a le mérite de "déniaiser" les discours lénifiants tenus sur les relations avec le Brésil et d'obliger à regarder certaines réalités en face, qu'il faudra un jour ou l'autre affronter.