Brasilyane

Ecrivains du XXème siècle

jorge  amadoAu XXième siècle, la "brésilianité" de la littérature et de la langue s'affirme. De très grands auteurs, parfois trop "Brésiliens" dans leur univers pour être traduits, développent une oeuvre extrêmement variée et passionnante.

MONTEIRO LOBATO (1882-1948):

monteiro lobatoSurtout connu du grand public brésilien pour ses oeuvres enfantines "O Sitio do Picapau Amarelo" (la maison du pic jaune) qui ont donné naissance à une série pour enfants sur TV Globo, il est aussi un auteur majeur du XXème siècle. Monteiro Lobato se distingue par une volonté farouche de libérer la littérature brésilienne de l'influence européenne, par la volonté d'utiliser le vocabulaire et les tournures propres au Brésil plutôt que de s'ingénier à écrire un portugais académique, et par le choix de thèmes proprement brésiliens. Il milite aussi pour une évolution des règles d'orthographe en bannissant les accents, par exemple, qu'il considère comme un archaïsme et un obstacle à la diffusion plus large du portugais du Brésil. En dehors de ces considérations linguistiques, ses nouvelles, regroupées notamment dans le recueil "Urupês", pleines d'un humour assez noir, font beaucoup penser à l'esprit des nouvelles rurales de Maupassant. C'est plaisant et donne une vision intéressante du Brésil rural du début du siècle.

Jorge AMADO (1912-2001):

Faut-il encore présenter le grand auteur bahianais, universellement connu et traduit dans à peu près toutes les langues ?

jorge  amadoOn rappellera simplement son goût pour les personnages populaires et ses thèmes: Salvador et l'état de Bahia, son peuple, ses coutumes, les cultes afro-brésiliens (Bahia de tous les saints, les Pâtres de la nuit...), mais aussi les grands espaces et la lutte pour la possession de la terre (Terres sans fin), la dénonciation des inégalités sociales (Cacao, Sueur, Capitaines des Sables), l'hommage au courage des petites gens (Mer Morte...). Il a aussi fait dans le roman feuilleton et ne manque surtout pas d'humour (Tieta d'Agreste, Capitaine au long court, le décevant Dona Flor et ses deux maris, l'ébouriffant Gabriela, Cravo e Canela...).
Unanimement célébré à l'étranger, il est souvent contesté par l'intelligentsia brésilienne qui lui reproche souvent d'être caricatural, vulgaire et folklorisant. On mettra ça sur le compte de son long compagnonnage avec le parti communiste et, surtout, sur le fait qu'il ose faire du petit peuple le personnage principal de ses romans, crime insupportable de lèse-bourgeoisie dans ce pays où l'on méprise sans détour le pauvre, le nordestin, le noir. Bref, tous les personnages d'Amado.
Son autobiographie (Navigation de cabotage), parue quelques mois avant sa mort, est un pavé de 800 pages passionnant, qui raconte à la fois les grands auteurs du siècle, et un monde marqué par la guerre froide qu'il a traversé avec un regard de plus en plus ironique, qui l'amènera à s'éloigner du communisme à la fin des années soixante. Il résonne aussi parfois avec les travaux de Gilberto Freyre, dans sa description de ce qu'est "être brésilien". On s'intéressera plus particulièrement à ses séjours en France, quand il devra s'exiler à cause de son engagement politique. On apprendra également qu'il fut un éphémère député, à l'origine de la loi donnant la liberté totale de religion au Brésil (marqué alors par les persécutions des adeptes du protestantisme et des cultes afro-brésiliens par les catholiques). Un monument.

Moacyr SCLIAR

Auteur prolifique de romans et de nouvelles, ce gaucho (du Rio Grande do Sul) est régulièrement traduit en France. Ses oeuvres, pour adultes ou pour enfants sont pleines d'humour, et portent un regard intelligent sur le Brésil contemporain. La question de la judéité est également très présente dans son oeuvre. L'homme est décédé le 27 février 2011, à 73 ans, à l'hôpital de porto Alegre, des suites d'un AVC.

Erico VERISSIMO (1905-1975):

Autre gaucho, auteur sensible du roman Clarissa, qui raconte le passage à l'âge adulte d'une jeune fille et les désillusions qui s'ensuivent dans une triste pension des années 60. Il est aussi l'auteur de roman racontant l'histoire du Rio Grande Do Sul (O tempo e O Vento...)

Chico Buarque

chico  buarqueLe célèbre chanteur et compositeur, auteur de certains des plus grands classiques de la musique brésilienne (Essa moça ta diferente par exemple) est aussi un romancier très respecté. Son roman "Budapest" apparaît comme une réflexion intéressante sur  le sentiment d'être étranger et le rapport au langage, tout cela mâtiné d'humour.

José Sarney:

Cet ex-président du Brésil, toujours actif, et pas toujours pour le mieux, dans la vie politique du pays (sénateur de l'Amapá) a écrit plusieurs livres, tous traduits en français, notamment pour des raisons politiques. Ainsi, après avoir clamé son amour du Maranhão qu'il a longtemps gouverné dans Capitaine de la mer océane, il publie, au moment où il devient sénateur de l'état d'Amapá, le roman Saraminda, consacré à l'épopée de l'orpaillage au moment du contesté franco-brésilien entre Guyane et Amapá. Un sujet traité d'une façon moyennement convaincante, mais qui ne peut qu'intéresser le résident guyanais.

Vous êtes ici : Culture brésilienne Littérature Ecrivains du XXème siècle