Brasilyane

Ecrivains du XIXème siècle

Aloisio AzevedoDes auteurs, encore marqués par l'influence des littératures européennes (portugaise évidemment, mais également française), posent les jalons d'une littérature authentiquement brésilienne. Pas encore par la forme, toujours proche des modes européenne, mais déjà par les thèmes abordés.

Joaquim Maria MACHADO DE ASSIS (1839-1908):

machado de assis Le classique des classiques, auteur de nombreux romans et nouvelles faisant le portrait d'un Brésil encore esclavagiste (abolition en 1880 seulement, la plus tardive de tous les pays concernés). Considéré comme le premier des réalistes brésiliens, ses romans les plus fameux son "Dom Casmurro", Mémoires posthumes de Bras Cubas" et Quincas Borba. Il est aussi l'auteur de nombreuses nouvelles, ainsi que de quelques pièces de théatre. J'avoue qu'à part une nouvelle extrèmement dure sur la période esclavagiste, le reste m'a paru bien ennuyeux.

José  DE ALENCAR (1829-1877)

j_alencar Cet auteur originaire du Ceará marque une première tentative d'aborder un thème qui deviendra essentiel dans la littérature brésilienne: la fondation de la société brésilienne à ses origines, au XVIème siècle, et donc, avant l'esclavage. Dans ses deux plus fameux romans, Iracema et O Guarani, il crée une véritable mythologie de la naissance d'un Brésil nouveau, né de la fusion (au sens propre du terme, ici) des peuples portugais et indiens, en racontant notamment les amours complexes entre les envahisseurs européens et les femmes indiennes. Cette littérature, qualifiée souvent d'"indianiste", magnifie la beauté de la nature, celle des corps et des coûtumes indiennes, dans un style riche, poétique et agréable. Elle est donc à la base d'un des grands mythes fondateurs brésiliens: le métissage des portugais et des indiennes dès le XVIème siècle. On le classe généralement parmi les auteurs romantiques.

Arthur ALOISIO DE AZEVEDO (1857-1913):

aloisio azevedo Cet auteur originaire de São Luis du Maranhão, très influencé par Zola et ses romans à thèse, est considéré comme le premier "naturaliste" de la littérature brésilienne. Loin des élans mythologiques et romantiques d'ALENCAR, il s'intéresse au Brésil qui lui est contemporain: celui qui sort tout juste de l'esclavage et dont les préjugés restent forts. Il dénonce ainsi l'étroitesse d'esprit et les préjugés de la bonne société du Maranhão à la fin du XIXème siècle dans son  roman "O Mulato" (Le Mulâtre), qui conte l'histoire du retour au pays d'un jeune homme ayant fait de brillantes études à Rio. Il découvre progressivement qu'il est le fils illégitime d'un propriétaire terrien et d'une esclave et se retrouve prisonnier des non-dits et des hypocrisies de la bourgeoisie locale. Se retrouve ainsi posé un thème majeure de la littérature brésilienne, encore repris aujourd'hui régulièrement dans les télénovelas: les rapports maître-esclave et la destinée des métis. A donné son nom au théâtre de São Luis.

CASTRO ALVES (1847-1871):

Poète bahianais à la fois romantique et engagé, qui lutta pour l'abolition de l'esclavage. Très apprécié de Jorge Amado qui lui a consacré sa seule pièce de théatre (ABC de Castro Alves), il refuse le morbide si courant chez les romantiques et lui préfère une vision lyrique du monde qui l'entoure, et volontiers érotique quand il s'agit des femmes.

Vous êtes ici : Culture brésilienne Littérature Ecrivains du XIXème siècle