Brasilyane

Musiques: Genres et artistes

Musiques Pour essayer de s'y retrouver dans cet océan de musique qu'est le Brésil, qui dépasse très largement les clichés que l'on évoque habituellement.

Achat des Cd et Dvd

Quelques points à prendre en compte:

  • Le choix est souvent un peu limité dans les magasins du Nord et du Nordeste. On n'y trouve que les nouveautés, les chanteurs très populaires, et des compilations d'anciens chanteurs. Intéressant pour qui découvre, mais finalement, on en fait le tour assez vite.
  • Aujourd'hui, des chaînes comme Saraiva ou les librairies Nobel proposent un choix plus ou moins important dans les centres commerciaux.
  • Au prix où ils sont (mais ça dépend du cours du Real), les CD internationaux peuvent être intéressants.
  • Écoute très facile dans les magasins.
  • Beaucoup de Cd et Dvd pirates vendus dans les rues ou sur les plages: moins chers mais la qualité est variable. A savoir: les dvd pirates sont très difficiles voire impossibles à copier, à l'inverse des versions officielles (encore un paradoxe brésilien?).
  • Les DVD musicaux ne sont pas zonés.
  • Le piratage a entraîné une réduction spectaculaire du nombre de disquaires. Ils ont presque tous disparu.
  • Il était très difficile de télécharger légalement: le cpf était souvent demandé et la paiement réserve parfois des surprises (CB européenne non-acceptée, facturation de frais de transports à l'étranger pour du téléchargement...). La coupe du monde 2014 étant passée par là, les procédures ont été simplifiées, l'autarcique Brésil découvrant le reste du monde.
  • Reste la solution d'acheter des CD sur des sites qui les expédient sans problème à l'étranger. Le défaut: des délais parfois longs et des coûts d'expédition très élevés.
  • Les CD brésiliens distribués en France tournent souvent autour des éternelles compilation de bossa nova et quelques noms internationalement connus. Seuls quelques nouveautés, généralement formatées "world music" (vision européanisée des musiques d'ailleurs) sont faciles à trouver. Cela dit certains artistes profitent que le Brésil a le vent en poupe pour percer internationalement: Marisa Monte, Vanessa da Mata...
  • Le piratage a eu également pour conséquence un certain appauvrissement depuis quelques années, on sent que les investissements dans les albums sont réduits pour privilégier la scène, plus rémunératrice mais propice à une simplification outrancière de la musique populaire.
  • Surreprésentation depuis quelques années de la musique dite "gospel", loin des belles voix afro-américaines et simple pastiche religieux et criard des musiques en vogue.

Quelques repères dans les musiques du Brésil

On ne peut pas parler du Brésil sans évoquer la musique. On croit souvent qu'elle s'y limite au samba et au bossa nova, ce qui est très loin d'être vrai. Là encore, le Brésil est un continent de diversité. La musique est partout, omniprésente, d'une variété extraordinaire. Dans cette abondante production, tout n'est évidemment pas de qualité, mais le bon est impressionnant de créativité. Axé, Brega, Pagode, Samba... Voici quelques repères pour se retrouver dans quelques uns des grands genres:

  • Chaque région ou même état a son genre de prédilection, avec ses propres vedettes, dont seules quelques unes sont connues au niveau national. S'ajoutent à ce genre moderne dominant des musiques et danses traditionnelles, folkloriques ou bien vivantes. Autant dire qu'on n'en finit jamais.
  • A tour de rôle, ces genres se retrouvent à la mode au niveau national et deviennent omniprésents sur les radios.
  • La production pourrait se diviser en trois grandes catégories: celle destinée à un marché local, celle destinée au marché national ou enfin destinée au marché international (en effet, toute une frange de la production est assez peu écoutée au Brésil mais a du succès à l'étranger); évidemment, ces trois catégories peuvent parfois se mélanger.
  • On trouve tous les types de musique au Brésil, pas seulement de la Bossa et du samba, ni de musiques traditionnelles; on y produit beaucoup de rock, de funk, de rap, de la variété, etc... Les Brésiliens écoutent volontiers ce qui se fait ailleurs et s'en inspirent, pour le meilleur et pour le pire. Il y en a pour tous les goûts.
  • nota: les termes bossa, brega et samba sont au masculin (o brega, o samba).
  • Une mine d'information (en anglais et portugais) sur ce site.
  • Belém est une ville dont la production très dynamique ne se limite pas au brega : rock, technobrega, musiques traditionnelles, MPB de qualité y ont aussi leurs aises; à constater sur les sites:

Description (il ne s'agit pas d'être exhaustif, un dictionnaire n'y suffirait pas!) de chaque genre par ordre alphabétique dans les pages de cette catégorie.


Axé

carlinhos_brown
Carlinhos Brown
daniela_mercury
Daniela Mercury
timbalada
Timbalada

Musique de Salvador de Bahia, mêlant rythmes traditionnels de carnaval et de cérémonies de candomblé (vaudou local), avec une production électrique survoltée (guitares rock, basses funk, etc...). Très gros succès dans tout le Brésil et ailleurs à la fin des années 90, un peu en perte de vitesses ces temps-ci, hors Bahia. On y trouve des groupes très axés carnaval, d'autres plutôt formatés variété populaire, d'autres enfin plus "intellectuels". Malgré tout, certains représentants ont encore beaucoup de succès, citons:

  • Ivete Sangalo (reine des ventes, derniers albums assez peu inspirés) et son ancien groupe, Banda Eva. (son site)
  • Daniela Mercury (connue à l'étranger, toujours très convaincante, sait tirer le genre vers la qualité)
  • Carlinhos Brown (plus expérimental, qui connaît un gros succès en Espagne, notamment) et son fabuleux groupe Timbalada, très axé sur les percussions. De la même "écurie", citons Margareth Menezes. L'artiste se perd un peu ces derniers temps dans des pitreries télévisées où il gâche son talent.
  • Le dernier groupe phare en date du genre, Babado Novo, et sa chanteuse Claudia Leite, franchement médiocre.
  • Excellents groupes un peu en perte de vitesse: Araketû, Terrasamba, Banda Beijo...
  • Un cas à part: Caetano Veloso, artiste très subtil, sorte de père spirituel de ce mouvement musical, dont on reparlera plutôt en "MPB" car il ne se limite pas à ce genre.

Bossa nova

joao_gilbertoVoilà certainement un des genres les plus connus. Mixture de samba et de jazz inventée et jouée surtout par les cariocas (habitants de Rio de Janeiro) à partir des années cinquante-soixante, on l'entend surtout dans les lieux destinés à recevoir la bourgeoisie ou les milieux intellectuels. Elle se vend et s'entend finalement plus à l'étranger qu'au Brésil même.

Quelques grands noms: Tom Jobim, Vinicius de Moraes (également un poète majeur, dont les disques sont généralement réalisés avec le guitariste Toquinho), João et Astrud Gilberto...

Aujourd'hui, le flambeau est repris, notamment par les descendants: Bebel Giberto...

Brega

banda_calypsoMusique pop de Belém et des environs, sorte de rock traditionnel en plus sautillant. L'abondante production est souvent de médiocre qualité, mais accompagne bien une fête ou un dimanche après-midi à la plage. C'est souvent du plus parfait mauvais goût, mais c'est amusant.

  • Pendant les spectacles ou les bals, les danseurs sont spectaculaires.
  • Selon les modes, le brega a dérivé en "pop-som" (prononcer popi-som), c'est à dire en une espèce de techno-brega, et plus récemment en "calypso" (rien à voir avec la musique des caraïbes); c'est cette dernière variante qui fait actuellement le plus de succès, jusque dans le sud du Brésil, et même à l'étranger (groupes: Banda Calypso, Compania do Calypso, et tous les dérivés avec le mot "calypso" dedans).
  • Pour écouter, le site de Banda Calypso.
  • Voir aussi les sites :
  • Il existe quelques petites gloires locales en Guyane, comme l'indéboulonnable Jo Masan, auteur de plusieurs CD.

ATTENTION: Dans le Sud, le terme brega ne désigne pas cette musique, mais la variété vieillotte, ringarde (c'est le sens de l'adjectif brega=ringard!).


Forró

luis_gonzagaMusique typique du Nordeste, à base d'accordéon et de rythmes syncopés, fait pour être dansé (un bal où l'on danse sur cette musique s'appelle d'ailleurs également un forró). On en entend beaucoup à partir de São Luis do Maranhão, jusque vers Recife. On peut la diviser en deux courants: le forró traditionnel, dans la tradition du grand Luis Gonzaga, qui raconte la vie quotidienne, les espoirs et les malheurs des gens du Nordeste et du Sertão (repris également par des musiciens plus ambitieux comme Gilberto Gil ou même le rocker Lenine et source d'inspiration majeure, chez nous, pour Bernard Lavilliers), et le forró moderne, renforcé de batteries, claviers et guitares électriques, destinée à un plus large marché populaire qui tend vers le brega et la pop, avec des thématiques beaucoup plus habituelles: amour, sexe, etc... On peut citer:

  • Luis Gonzaga: le père de cette musique, dont on peut toujours trouver des compilations et dont nombre de chansons sont reprises régulièrement. Pour qui les comprend, les paroles sont très savoureuses.
  • Trio Nordestino: forró traditionnel.
  • Falamansa: forró moderne de bonne qualité (les voir et les écouter sur  leur site, le chargement est long)
  • Rastapé: idem
  • Calcinha Preta: Exemple même des abominations que peut produire la musique brésilienne la plus mercantile: reprises atroces (U2 non crédité en forró-brega!), mauvais goût terrible (déjà, le nom: la petite culotte noire...), filles en bikini, chanteurs ridicules en Mad Max ventripotents, mise en scène grotesque... Énorme succès...
  • Énormément de petites vedettes locales dans les états du Maranhão, Ceará, Pernambouc... (Mastruz com Leite, Cavalo de Pau, etc...), de plus ou moins bonne tenue.

MPB (música popular brasileira)

gilberto_gilComme son nom l'indique, genre un peu fourre-tout. On y retrouve généralement la musique populaire dite de qualité, et notamment les artistes difficiles à classer car touchant à tous les genres, notamment certains des plus connus internationalement:

  • Gilberto Gil: bossa nova, reggae, forró..., il a tout fait à sa sauce personnelle; actuellement ministre de la culture, c'est une figure incontournable.
  • Chico Buarque: connu chez nous pour un morceau utilisé pour la pub d'une boisson gazeuse avec des filles qui dansent sur une plage (Essa moça ta diferente), c'est un des plus grands auteurs cariocas de samba, bossa. C'est aussi un grand romancier, traduit en français. Incontournable.
  • Caetono Veloso: touche à tout virtuose, intellectuel ne dédaignant pas les genres populaires; très grande créativité. Son site propose quelques clips. Son fils, Moreno Veloso, joue une musique aux sons plus électroniques.
  • caetano_velosoMaria Rita, Adriana Calcanhoto...: chanteuses très personnelles, beaucoup de succès.
  • Chico César: Parfois classé dans l'axé parce que bahianais, il touche en fait à tous les genres; c'est souvent très original, parfois déconcertant.
  • João Bosco: Bahianais proche du bossa nova, ton très personnel, excellent guitariste à la musique complexe mais pas compliquée.
  • Tom Zé: professeur d'université, musicologue, il publie régulièrement des albums à la fois expérimentaux, loufoques, étonnants, agaçants, mais toujours attachants.
  • Fafá de Belém: la grande dame de la chanson du Pará, reconnue nationalement et internationalement pour sa formidable carrière, initiée dans les années 70. Voir son site.

Pagode, Samba, choro

madavila

Martinho Da Vila

Deux genres si proches qu'ils se confondent souvent. Le pagode est la version chanson populaire du samba, spécialité des cariocas, moins souvent des bahianais. Extrêmement populaire partout, un peu moins dans le Nord. Il existe une version "adoucie", variétisée pour les midinettes, du pagode. Le choro, terme revenu à la mode ces derniers temps, est le genre d'origine du samba, né du metissage entre les musiques européennes (portugal, espagne...) et africaines.

La samba, la plus traditionnelle est le samba de roda: le danseur danse  au milieu d'un cercle formé des musiciens et chanteurs. C'est le style d'origine bahianaise. Ecoutez sur cet enregistrement proposé par l'Agência Brasil, qui développe les styles particuliers:

  • 1: Samba de Roda
  • 2: samba corrido: la danse se fait en même temps que le chant, plusieurs danseurs peuvent aller ensemble dans le cercle.
  • 3: samba chula: on ne danse qu'une fois le chant terminé, un seul danseur à la fois.
  • Zeca Pagodinho: c'est le roi, on l'entend et on le voit partout. Excellent showman, il enchaîne les albums excellents. On peut lui reprocher un professionnalisme qui tue un peu l'émotion. (une idée de sa musique sur son site)
  • zeca_pagodinhoJorge Aragão: Un peu le même type, mais il introduit des innovations. Une voix très chaude, immédiatement reconnaissable.
  • Martinho da Vila: Très très grand auteur, plus personnel que les deux précédents. Dépasse le cadre de ce genre. Ecoutez-le sur son site (seulement avec Internet Explorer)
  • Dudu Nobre, Arlindo Cruz: auteurs de chansons de Zeca Pagodinho.
  • Alcione: diva très populaire originaire du Maranhão; superbe voix et belles chansons, mais ses meilleurs enregistrements sont aussi les plus anciens.
  • Beth Carvalho, autre grande dame du genre.
  • Vieux groupes de Rio, rattachés aux diverse écoles de Samba: Fundo do quintal, Velha Guarda da Portela...
  • Samba populaire: Bezerra Da Silva (décédé)
  • Samba proche de la bossa nova: Paulinho Da Viola.

Sertanejo

Sorte de country-variété locale, très à la mode, vraiment pas très intéressant pour nous (ceci dit, tous les goûts sont dans la nature). En général, il s'agit de duos mièvres et interchangeables, de vieux vaqueiros (cow-boys locaux) burinés, de blondes grandes gueules genre saloon.

Tout me semblant un peu identique dans ce genre très formaté, je ne saurais citer de chanteur particulier. Les plus célèbres de ce genre, à la limite de la variété:

  • Bruno et Marrone (non, ce n'est pas une bande dessinée). Mangeurs de churrasco romantiques...
  • Zézé Camargo et Luciano (un film est sorti racontant leur vie, énorme succès au Brésil, dont la musique est signée... Caetano Veloso!).

Genres internationaux(rock, funk, rap...)

zbaleiroLa scène brésilienne est effervescente et tous les genres sont représentés. Comme souvent au Brésil, tout cela se mélange pour donner des résultats parfois très originaux.

  • Rock
    • grand public: Jota Quest, Capital Inicial, Paralamas do Sucesso...;
    • rock lourd et grand public: Charlie Brown Junior, Detaunotas...
    • Heavy Metal: Les fans du genre connaissent bien Sepultura, dont le succès est mondial, mais il y en a bien d'autres, parfois carrément trash.
    • Rock-fusion: Lenine (son site permet d'écouter les intros de toutes ses chansons, avec IE seulement)
    • Rock personnel: Cássia Eller (décédée), en photo à droite, Zeca Baleiro (original et intelligent, son site, pour l'écouter)... Plus ou moins rock selon les albums, mais une attitude impeccable chez ce maranhense discret.
    • Il existe une excellente scène rock alternative à Belém, à découvriri grâce aux sites suivants:
  • Funk : Très à la mode à Rio (Seu Jorge, Fernanda Abreu, Paula Lima...). Attention, prend de plus en plus le sens de rap grand public au Brésil. On y trouve de tout désormais, pour tous les goûts, y compris les pires.
  • Rap: Marcelo D2 est le plus connu du genre, mais il y en en a bien d'autres (MV Bill, etc.)
Vous êtes ici : Culture brésilienne Musiques du Brésil