Brasilyane

Visiter le Ceara-Fortaleza

Jangada près de FortalezaLe Ceará est un état pauvre du Nordeste, qui connaît un début de développement ces dernières années, notamment grâce au tourisme et à l'exploitation des produits de la mer. Il est surtout connu pour ses presque 400 km de plages exceptionnelles. Pour les Guyanais, c'est à partir de là que l'eau devient bleue.

mer_immeublesTrès grande ville de 3 millions d'habitants, elle est tournée vers trois activités: le tourisme de masse, le commerce et le textile (c'est là que se fournissent les commerces guyanais de vêtements brésiliens). Elle peut également offrir une vie culturelle et festive intéressante.

Se déplacer

  • En ville, les bus fonctionnent très bien.
  • Nombreux taxis dont l'état correct est surveillé par l'office du tourisme.
  • Sites distants: Minibus 4x4 privés (annonces un peu partout dans les hôtels)
  • Routes des environs en état moyen mais praticables.
  • Statuette d'Iracema, au milieuCirculation dense et rendue chaotique par les travaux multiples en prévision de la coupe du monde 2014 (métro, tunnels...) mais les rues sont larges (sauf dans le centre). Mieux vaut être habitué à conduire dans les grandes villes.
  • Aéroport vaste et bien organisé.

A voir

Fortaleza n'est pas une belle ville: beaucoup de béton, spéculation immobilière effrénée... On y va plutôt pour la plage, l'ambiance nocturne ou pour les achats. Les environs ne manquent par contre pas d'intérêt.

  • Praia de Iracema: en centre ville, seul quartier un peu préservé -combien de temps ?- de petites rues aux maisons basses encerclé de gratte-ciel. Très touristique; lieu d'animation nocturne. La plage, réaménagée depuis quelques années, est plus agréable.
  • Le centre culturel Dragão do MarEn 2011, le Pont Métallique ou pont des Anglais, une jetée aménagée avec kiosques, était fermé pour travaux. le quartier est presque toujours en travaux, ce qui en limite l'agrément. Un vaste espace dégagé doit accueillir d'ici quelques années un aquarium géant.
  • Centre culturel Dragão Do Mar: en plus d'être un lieu de spectacles, on y trouve des expositions variées, un musée d'art moderne et un planétarium. Tout autour, de nombreux bars et restaurants très sympa.
  • En se baladant certaines fins d'après-midi dans les environs, on pourra tomber sur une répétition d'écoles de samba dans une ambiance conviviale très accueillante.
  • La Beira Mar: le front de mer immense est inévitable. Très bien aménagé, il permet la flânerie, le shopping, des sorties pour touristes et la pratique du sport. On peut trouver lassant d'y faire des aller-retours au bout d'un moment.
  • A 30 km: Musée de la cachaça de la marque Ypioca, dans la campagne, au pied des montagnes, proche de la jolie petite ville de Maranguape. Pour passer une demi-journée sympathique à la campagne. Musée bien fait, visites bien organisées (même si un peu trop promo), on peut y Corrida de buggys à la Praia das Fontesadmirer le plus grand tonneau de chêne du monde (invérifiable!) qui sert à vieillir la cachaça. Petite dégustation à la sortie. Les propriétaires ont développé tout autour une offre d'activités familiales (cheval, tyrolienne...) permettant d'y passer une journée sans souci.
  • Sites naturels: de très nombreux prestataires privés organisent des sorties en minibus vers les plages (de la journée à plusieurs jours) vers Morro Branco, Canoa Quebrada ou Jericoacoara, sites spectaculaires très touristiques.
  • Je n'ai pour ma part pas été très convaincu de ces promenades organisées pour délester le touriste d'un maximum d'argent, et qui tournent parfois à l'embouteillage de buggys sur les plages. Mais il n'est pas simple de faire autrement, surtout si on n'est pas habitué à conduire au Brésil. De nombreuses banderoles vous attendent le long de la Beira Mar et de la Praia de Iracema pour vous proposer ces tours. Certaines offres (3 plages en une journée, soit au moins 300km aller-retour en partie par les plages) ressemblent un peu à de l'abattage.Plus agréable à mon sens, la ballade en montagne à mille mètres d'altitude pour respirer le frais et profiter de la vue (voir plus bas).
  • Une gare à FortalezaEn face du Mercado Central (voir ci-dessous), on peut voir la forteresse historique qui donne son nom à la ville. derrière se trouve un parc très agréable depuis lequel on a une très belle vue, et où se trouve un restaurant-bar.
  • En poursuivant, on tombera sur le Centur, un centre dédié au tourisme où l'on peut acheter de l'artisanat, se renseigner, boire et manger des plats typiques et visiter un petit musée... A condition que le personnel très endormi se réveille et que les différentes options proposées soient réellement ouvertes, ce qui est loin d'être évident.
  • Encore un peu plus loin se trouve une gare ferroviaire réactualisée par le métro à l'architecture franchement jolie.

Achats

Préparez vos portefeuilles, ils risquent de chauffer sévèrement face au choix surabondant de vêtements et de chaussures.

  • Le Mercado Central propose de l'artisanatLe centre: infinie variété de magasins de chaussures et de vêtements. En période touristique, les prix ne sont pas moins élevés qu'ailleurs, mais le choix est immense; on trouve tous les niveaux de qualité, y compris le haut de gamme. ATTENTION: comme souvent, à la fermeture des magasins, le centre devient mal famé et désert, impossible d'ailleurs d'y retirer de l'argent après 18 heures. Ne vous attardez pas.
  • Marché couvert des artisans du textile: immense, proche du centre, les couturières locales y tiennent des stands le long de ruelles très étroites (pas un centimètre carré de perdu!). Beaucoup de choix, prix intéressants hors saison, surtout en gros, qualité très variable. Attention: poussière et chaleur.
  • Artisanat 1: sur le bord de mer, sur la Beira Mar, marché en plein air. Cuir, bois, breloques et pacotilles, un peu comme sur tous les littoraux du monde. L'artisanat du cuir est de bonne qualité et peut être intéressant. Ne pas hésiter à négocier. L'achat par CB est possible, mais un peu compliqué et vous privera de négociation.
  • ALa forteresse qui donne son nom à la villertisanat 2: Entre le centre et le littoral, près de la cathédrale, le Mercado Central, marché couvert officiel sur plusieurs étages dédié aux artisans; prix très variables; en négociant, on divise vite par trois! Articles d'assez bonne qualité. On peut généralement payer en CB (négociation plus difficile).
  • La rue Monsenhor Bruno est une sorte de shopping ouvert, avec de nombreuses boutiques proposant des vêtements et textiles d'assez bonne qualité.
  • La ville est un vaste centre commercial: nombreux shoppings et rues commerçantes.

Restaurants

  • On ne mange pas forcément bien à Fortaleza; les prix montent et la qualité baisse en période de vacances.
  • Surtout, pendant les vacances, le service peut être vraiment catastrophique vu que la main d'oeuvre qualifiée manque, et que les petits jeunes embauchés peuvent se montrer bien empotés. Selon l'humeur, on pourra trouver ça plutôt drôle ou énervant (surtout quand on a vraiment faim). Ca promet pour 2014 !
  • restaurant l'Escale, dans le CentrePour les accompagnements, et quel que soit le standing, il est bien difficile de sortir du sempiternel riz, haricots, baião de dois (c'est à dire riz+haricots mélangés!). On trouve ici ou là des restaurants qui proposent la carneirada, c'est à dire de l'agneau que l'on paye au kilo. Rare ailleurs dans le Nord.
  • En choisissant bien, et en y allant plutôt hors saison, on peut être bien servi. Comme d'habitude, on mangera souvent particulièrement mal et cher sur les plages. Le sushi est à la mode dans les lieux un peu branchés, parfois étonnant (sushi à la fraise !).

La revue Veja publie chaque année sa sélection gastronomique. Voir la sélection de la revue Veja (en portugais).

Jérôme, archéobrasilonaute, vous propose en juillet 2012 une sélection à télécharger (archive pdf).

  • beira marBrazão: Un restaurant pas mal, à un angle de rue, près de la praia d'Iracema.
  • L'Escale: Dans le centre ville, sur la place principale (connue sous le nom de praça do Ferreira), dans un des rares immeubles rococo qui a été conservé, un restaurant au kilo plutôt haut de gamme (mais tarifs raisonnables), créé par une Français. Ce qui se voit par des préparations un peu recherchées et un vaste choix de salades. ne pas confondre avec le bar du même nom (même propriétaire, mais plutôt snack).
  • Churascaria Le Flamboyant, Avenida Don Luiz.
  • Sur la Beira Mar quelques luxueuses Peixarias (restaurants spécialisés dans le poisson et les fruits de mer, mais pas exclusivement) proposent une cuisine et cadre de qualité mais à des prix assez élevés (autour de 40R$ le plat pour deux, compter au moins 60R$ pour la langouste).
  • Sur les plages, on déguste de la langouste; un peu dommage de manger ça aussi peu agrémenté, mais dans les restaurants les prix montent vite. Sinon, la spécialité sur la plage, ce sont les excellentes noix de cajou, en vente partout pour un prix  beaucoup moins modique qu'avant, mais toujours d'une qualité de très loin supérieure à ce à quoi nous sommes habitués.
  • Lcajous et cocoses restaurants des grands hôtels paraissent les meilleures adresses, mais les prix seront évidemment en fonction du standing.
  • Quelques restaurants gastronomiques de luxe vantés dans la presse locale (prix élevés pour le Brésil, autour de 70 R$ le menu.) :
    • Restaurant Nostradamus: cuisine internationale. Av. Beira Mar, 3980, Meireles. (Rez de chaussée de l'Hôtel Gran Marquise). Telephone: 4006.5353. Fonctionne le soir. Carte élaborée par un chef français.
    • Restaurant La Boheme. Rua Silva Jathay, 1404, quartier Varjota. Ouvert du lundi au samedi à partir de 18h et jusqu'à minuit, 1h du matin le week-end. Musique "ao vivo" instrumentale de jeudi à samedi. Couvert artistique: R$ 3,00. Fone: (85) 3242.6541.
  • Pour les fauchés: beaucoup de petits restaurants pour ouvriers, même dans le centre, avec repas complet correct pour quelques R$ (viande, légume, fruit, café!).

Hôtels

Le CenturLes hôtels et les appartements à louer ne manquent pas. Les tarifs sont très variables et montent en haute saison (juillet, fin décembre, janvier, février). La qualité du service se ressent également de la saison. On trouve tous les standings; il y a paraît-il des hôtels très accessibles près de Praia de Iracema. Voici une petite liste.

Sortir

Bars autour du Dragão do MarLa réputation de Fortaleza dans le domaine de l'activité nocturne n'est plus à faire. Il y a sans doute beaucoup d'autres endroits (noctambules, proposez vos adresses). Voir ici pour les shows programmés sur Fortaleza.

  • Praia de Iracema: quartier animé et sympathique: quelques bars et restaurants et surtout le fameux "Bar do Pirata", qui propose rien de moins que "les lundis les plus agités du monde". L'endroit est effectivement très bien conçu, très professionnel, mais l'ambiance y est évidemment très touristique. Son emblématique créateur est décédé en 2011. On y mélange Forro traditionnel du Nordeste et rythmes plus modernes, notamment bahianais. Autre bar, dans le même coin: "Pagode da Mocinha" le dimanche soir (demandez aux taxis). Surdensité de Garotas de Programa dans le quartier (touristes obligent).
  • Dragão do Mar: Vaste centre culturel peu éloigné de la Praia de Iracema; on y propose spectacles et expositions et on peut y boire un verre. Tout autour, de petits bars et des boîtes proposent des animations (musique ao vivo...).
  • Praia do FuturoPraia do Futuro: En plus d'être un excellent lieu de baignade, c'est aussi un lieu de sorties nocturnes, nombre de baraques (ou plutôt de complexes de loisirs) de la plage proposent des nuits endiablées aux rythmes du forró, pagode, rock, etc..., le jeudi soir.
  • Papai bar, rua Monsenhor Bruno, les vendredi et samedi soir (ambiance et crevettes pas chères)
  • Un nouveau quartier animé semble se développer vers la zone d'Aldeota, près des rues Norvinda Pires et Sabino Pires, entre Desembargador Leite Albuquerque et Torres Câmara. Une enfilade de bars et de restaurants propose une ambiance propice aux sorties nocturnes.

Se baigner

Un littoral de 400 km de plages de sable fin, ça laisse pour le moins le choix des lieux de baignade. En voilà quelques uns.

  • En ville: les plages du centres sont plutôt à éviter pour la baignade, à la fois pour les problèmes de pollution et les descentes sporadiques de "capitaines des sables" comme les appelait Jorge Amado (des gamins qui vous tombent dessus en bande pour vous piquer tout ce que vous avez sur vous). Une bonne douche s'imposera en tout cas après la baignade.
  • Praia do Futuro: plage baignable la plus proche de la ville-centre (accessible en moins de 30 mn en bus). Très animée, beaucoup de restaurants avec musique ao vivo. Jeux pour les enfants. Un peu surpeuplé en saison (juillet, fin décembre, janvier); attention, les enfants s'y égarent vite et c'est immense).Certaines barraques proposent des infrastructures énormes, dont la fameuse et un peu surcôtée -et surpeuplée- Crocobeach (une autre est célèbre: Chico do Caranguejo). Peut-être à voir une fois, mais on conseillera plutôt de les éviter: c'est plutôt cher, bondé, et si vous vous installez sur le sable, une armée de solliciteurs ne cessera pas de vous importuner, ce qui devient rapidement fatigant.cumbuco
  • Partout dans les environs: beaucoup de plages plus ou moins accessibles, animées ou sauvages, au choix, au Nord ou au Sud de la ville.
  • A l'Ouest de Fortaleza:
    • Icarai est une petite station tranquille et peu chère, on peut rejoindre Fortaleza (40mn) ou Cumbuco (15mn) en bus pour un prix modique. La plage urbaine est devenue impraticable en raison de l'érosion: beaucoup de vagues et de courant, même à marée basse; bien pour les surfeurs (malgré les dangers liés à des blocs de rochers emportés par la mer), à prohiber aux enfants. Les infrastructures de la plage ont quasiment toutes été dévorées par la mer ces dernières années. D'énormes blocs de granit, destinés à sauver ce qui peut l'être, n'invitent pas franchement à la baignade.
    • Route Icarai-Cumbuco: une plage sympa sur la route: une baraque au bord d'un lac d'eau douce, séparé de la mer par une bande de sable.
    • aneCumbuco: Station très courue par les kite-surfeurs européens, donc chère, malgré le fait qu'elle n'ait rien d'exceptionnel. La plage est correcte en ville, mieux un peu plus loin. Beaucoup de solliciteurs: sculpteurs, vendeurs de nourriture, promenades à cheval, en buggys... Un peu plus loin, la plage est plus calme et plus sauvage, au milieu des dunes. On peut y faire des ballades à cheval, en buggy ou en jangada (petit bateau de pêche typique).
    • Lagoa do Banana: Juste après Cumbuco; on s'y rend en buggy (ou en voiture désormais). Très tranquille et sympa pour les enfants (eau tranquille, pente douce). On peut y faire du jet-ski. La balade proposée par les buggeiros vaut le coup: paysage superbe de dunes, montagnes, plages, forêts.
    • Plein d'autres stations plus ou moins courues tout au long de la côte. La plus connue est Jericoacoara, parc naturel accessible en 4x4, très touristique.
  • A l'Est de Fortaleza:
    • Prainha: Petite station balnéaire agréable, proche du Beach Park.
    • Beach Park: plus grand parc aquatique d'Amérique Latine à la réputation internationale. Les prix sont élevés: 60R$, voire bien plus, par adulte, 50 par enfant (sauf s'ils font moins d'un mètre). Prévoir en plus de manger à l'intérieur (cher) et divers à côtés. Plus intéressant avec des enfants suffisamment grands pour apprécier les attrLaberinto das Falesiasactions. Prévoir en tout cas un solide budget.
    • Plus loin (80km) Beberibe propose un cadre particulier de falaises qui forment un labyrinthe, à Morro Branco (voir ce courrier). Le labyrinthe des sables est certes curieux (c'est un site classé) mais un peu trop pris d'assaut par les touristes. Les guides obligatoires sont également fatigants : peu utiles, ils trouvent indispensable de faire de l'humour, pas nécessairement fin (mieux vaudrait parfois ne pas comprendre le portugais!), et servent surtout à réclamer des pourboires et à pousser à la consommation là où ils touchent une commission. C'est le jeu, mais là c'est parfois vraiment lourd.
    • Un peu plus loin, la Praia das Fontes propose quelques petites cascades d'eau douce bien fraîche tombant des falaises.
    • Plus loin encore, Canoa Quebrada (170km). On s'y rend en bus et on visite la zone (plages, falaises, dunes) en buggy.

GuaramirangaMarre de la plage ? Choisissez la montagne !

On le sait peu, mais le Ceara a autre chose à proposer que ses interminables, magnifiques mais lassantes plages. L'intérieur propose une ligne de montagne qui culminent à plus de 1000 et même 1400 mètres d'altitude, qui forment barrière avant l'immensité aride et plane du sertão. On y sera tout heureux, notamment quand on vient de Guyane, d'y sentir une fraîcheur et un soin tout européens (en août, les nuits peuvent descendre à 4 degrés, et les hôtels du coin proposent donc le... chauffage, à moins de deux heures de route de Fortaleza !). Une ballade à faire en bus ou en voiture de location (seule difficulté : sortir de et rentrer dans Fortaleza) sur au moins deux journées. La route grimpe tranquillement entre des paysages étonnamment soignés (petits lacs artificiels, arbres fruitiers, haies soigneusement taillées, chalets de repos...). Un petit air de Suisse en plein Nordeste poussiéreux et bordélique !

  • A partir de 30km dans l'intérieur de Fortaleza commence la serra, paysage montagneux très agréable (en gros, à partir du Musée de la Cachaça).
  • A 60km, par une petite route ou par une grande nationale, vous accédez à la Serra de Baturité, et notamment à trois sites fort jolis:
    • Pacoti: beau petit village très soigné dans la montagne.
    • Guaramiranga: très beau village tout en côtes, magnifiquement fleuri et entretenu. Propose restaurants, hôtels, et un festival de jazz et blues à l'époque du carnaval. Donne l'accès au site suivant.
    • Pico AltoPico Alto: Point culminant de la Serra de Baturité, à plus de 1000m. Accessible par une petite route de montagne qui propose de très jolies vues. La fin du parcours se fait sur une vieille route pavée plutôt fatiguée. Tout en haut, une enceinte de béton qui protège des émetteurs défigure un peu les lieux, mais on peut en faire le tour pour admirer la magnifique vue sur le sertão et respirer l'air bien frais.
    • Un monastère peut se visiter dans la région, ainsi qu'un parcours écotouristique.
  • Le retour vers Fortaleza peut se faire par la route Guaramiranga-Baturité (petite ville sans intérêt) et propose de nombreuses criques et cascades bien fraiches le long de la route, avant Baturité.

Plus loin dans les serras, l'altitude peut grimper jusqu'à 1400m et on propose des vols en deltaplane (pas eu le temps de pousser jusque là).

Vous êtes ici : Destinations Brésil Visiter le Ceará Visiter le Ceara-Fortaleza